top of page
  • Photo du rédacteurAnouck

Éloge aux matins

Ces matin-là…


Il y a cette douceur, ce silence, ces couleurs encore endormies d’une nature qui se réveille. Sans angoisse, sans peur.


Alors que le monde dort encore, il y ces quelques uns, « ceux du matin », qui apprécient ce silence là, justement. Celui qui donne l’impression d’être seul au monde. Ou seul avec le monde.


Comme un sentiment d’appartenance ou un sentiment de véritable présence.


Dans ces matins tôt, encore endormis, il y a ce silence que seule notre respiration vient déranger. Il y a cette intimité sur laquelle nos yeux tout juste ouverts viennent se poser.


Ces matins-là, sont ceux où on prend le temps, on savoure, on apprécie le privilège d’être simplement là.


Des minutes encore lentes, comme si la nuit était suspendue, pas tout à fait prête à laisser sa place au soleil.


Avant que la lumière ne vienne éclairer ce qui doit être fait et n’enclenche les premiers actes, il y a ce moment qui autorise à être simplement là.


Jambes croisées, dos étiré vers le ciel, les yeux se ferment une nouvelle fois pour écouter.

Le silence, la mélodie timide des oiseaux, le souffle qui va et vient, le coeur qui bat.


Un temps pour expirer ce qui pèse et inspirer une nouvelle journée.

Un temps pour soi, sans que rien ni personne ne puisse changer cela.

Un temps pour observer la météo intérieure, accueillir les émotions, savourer un nouveau jour, remercier tout ce qu’on a.

Un temps pour poser une intention, revoir les priorités et cultiver.


Ces matins-là, qu’ils soient très tôt ou un peu plus tard, sont quotidiens.

Ils sont respiration, méditation, transition, intention, intuition.

Ces matins-là sont naissance et renouveau. Gratitude et appréciation. Rêve et manifestation.

Ces matins-là ne sont jamais trop grands, ils sont juste ce qu’il faut pour s’évader, s’élancer, s’envoler.


Vers une toute nouvelle journée.

34 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page